Premier jour de rentier

polyp_cartoon_rat_race1

 

On ne dispute point des gouts. Il en va de meme des professions, et des divers etats de la vie. L’un se plait à etre honoré, à se meler dans tout, à gouverner les autres. Un autre n’est sensible qu’au repos, et à une vie sombre, à une retraite de cabinet, à la lecture des livres : il conte tout le reste pour rien,  que l’un s’empresse pour avoir un emploi ches un prince, qu’un autre cherche à s’enrichir en voiageant dans les Indes, qu’un 3e remuë toute une ville pour en etre le premier magistrat, cet autre homme dont je parle regarde cela avec etonnement, et ne comprend pas quel plaisir on trouve à cela, il admire qu’on ne puisse pas vivre comme lui content d’une douce quoi qu’obscure tranquilité. Ainsi qu’on ne me blame point de ce que je croupis à Roterdam, et meme qu’on ne me plaigne pas, car ce qu’un autre regarderoit comme une prison et comme un aneantissement indigne, je le trouve pour moi si conforme à mon humeur, que je ne le changerois pas pour une  condition lumineuse et brillante.

Lettre de Pierre Bayle à son frère,  Rotterdam, le 10 août 1684

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s